La mérule et autres champignons lignivores

Les origines

Serpula lacrymans tel est le nom scientifique de ce « charmant » champignon. Les spores véhiculées par le vent se trouvent un peu partout et peuvent se déposer n’importe où. Si l’endroit où elles se posent réunit les conditions nécessaires à leur développement le champignon va rapidement s’étendre. Ce sont par ordre d’importance : un taux d’humidité du bois supérieur à 22%, idéalement 35%, une atmosphère confinée, l’obscurité et un peu de chaleur.

Symptômes

La présence de la mérule se révèle par différents indices : odeurs de champignon, les bois nus deviennent brunâtres, partent en morceaux, s’effritent en raison de la destruction de la cellulose par le champignon. Les bois peints se boursoufflent et se craquellent. Dans les endroits obscurs, on peut aussi parfois observer le champignon.

Il se présente, suivant son stade de développement, sous différentes formes. Cela peut être une masse ouateuse blanche, un genre de toile d’araignée ou un coussin brun rouille dont les bords en bourrelet sont blancs. On peut aussi rencontrer ses rhizomorphes, genre de cordon plat et gris, ou encore les spores produites, ces spores sont de couleur rouille et peuvent tapisser le sol ou les objets.

Les dégâts

Ils peuvent être importants, la mérule en absorbant la cellulose du bois va enlever toute résistance mécanique à celui-ci et par conséquence il ne peut plus supporter aucune charge.

Vous comprenez donc le danger qu’elle représente pour les linteaux, les poutres et lambourdes qui soutiennent les planchers, les escaliers, les charpentes etc…

Et le plus fort, c’est que via ses rhizomorphes, elle peut transporter à plusieurs mètres l’eau qui lui permettra d’humidifier des bois sains et secs afin d’en digérer la cellulose.

Ses rhizomorphes peuvent se faufiler dans les planchers, entre les vieux plafonnages et la maçonnerie, derrière les cloisons et les isolants, se faufiler dans les joints de maçonnerie et atteindre une pièce ou une maison voisine.

Une fois son développement commencé, les dégâts peuvent devenir rapidement importants, une pièce de bois peut être détruite en quelques mois. La vitesse dépendra des conditions d’hygrométrie et du type de bois, elle a une préférence pour les conifères, mais peut aussi s’attaquer à d’autres variétés.

Investigations et préparations

  • Comme le facteur principal du développement de la mérule est l’eau, il faut donc entreprendre sans tarder les travaux d’assèchement
  • Dans un plancher, démontage, en totalité ou en partie, de celui-ci, enlèvement des revêtements comme tapis plains, vinyles ou autres
  • Sur un mur plafonné, décapage et évacuation du plâtre
  • Derrière une cloison, démontage de celle-ci

Travaux

  • Dépose et évacuation des éléments en bois contaminés
  • Décapage maçonneries et évacuation plâtre
  • Stérilisation des maçonneries par brûlage à la flamme ou pulvérisation par un fongicide
  • Injections des maçonneries par un puissant fongicide
  • Traitement préventif des bois sains
  • Pulvérisation des sols

Comme pour tous nos travaux vous bénéficiez de nos garanties et de nos contrôles.

La mérule, un problème dont nous vous débarrassons sans coup férir.